LES GIBBONS

C’EST QUOI UN GIBBON ?

C’est un singe qui fait partie de la famille des grands singes ou singes anthropomorphes (*), comme les gorilles, les orang outans, les bonobos et les chimpanzés.

A cause de sa petite taille, on a longtemps pensé qu’il ne faisait pas partie de la famille des grands singes mais cela était une erreur. C’est un grand singe mais de petite taille ! On reconnaît un grand singe à l’absence de queue et à sa dentition particulière.

Il existe 17 espèces de gibbons qui sont regroupées en 4 genres :

1.    Hylobates (7 espèces)
2.    Hoolock (2 espèces)
3.    Nomascus (7 espèces)
4.    Symphalangus (1 espèce = le siamang)

Les gibbons sont monogames(*) : le couple est formé pour la vie et reste très uni. Ils dorment assis sur une branche, serrés les uns contre les autres, contrairement aux orang outans par exemple, qui se fabriquent un nid dans les arbres pour dormir.

Le couple de gibbons est fidèle et défend son territoire en permanence. On dit qu’il s’agit d’une espèce territoriale. Plusieurs couples de gibbons qui sont sur le même territoire peuvent s’entretuer s’ils n’arrivent pas à se le partager ou si le territoire est trop petit. C’est pour cela qu’en captivité, il est impossible de mettre plusieurs couples ou plusieurs familles de gibbons adultes dans la même volière. On peut mettre des jeunes ensembles mais une fois qu’ils sont adultes il faut séparer les couples ou les familles. A Kalaweit, c’est ce que nous faisons.

Les gibbons vivent environ 35 ans.

Ils sont les champions dans les arbres mais pas dans l'eau, car ils ne savent pas nager !
Washoe, la petite femelle que Chanee a observé pendant des années quand il était adolescent, est toujours vivante :
elle a eu 46 ans en 2010 ce qui est incroyable ! Mais elle n’a pas connu la liberté.

A QUOI RESSEMBLE-T-IL ?

C’est le plus petit des grands singes, il mesure entre 70 cm et 1 mètre de haut. Comparé à sa taille, il possède les plus longs bras de tous les primates. D’ailleurs il est considéré comme le meilleur acrobate au monde, et il est très doué dans l’art de la brachiation (*) ! Il peut faire des bonds de 8 mètres de haut et des sauts de 15 mètres entre 2 branches ! Il pèse de 5 à 12 kg selon son espèce.
Il a une tête toute ronde, une face noire et des yeux tout ronds. En général il a un cercle blanc autour de la face. Son  pelage couvre la majeure partie du corps, sauf sur la face, mains et pieds.

Le siamang, qui est la plus grande espèce de gibbons possède une poche gutturale (*) au niveau du cou. Cela lui permet de chanter encore plus fort et d’être entendu jusqu’à 2 km de distance ! De plus ses 2e et 3 orteils sont palmés.

La couleur du pelage des gibbons peut varier du beige au marron, en passant par le gris et le noir. Chez certaines espèces, le pelage varie en fonction du sexe. Chez le Nomascus Concolor, le pelage des femelles peut aller du beige au jaune, tandis que les mâles sont noirs. A la naissance, les petits ont la même couleur que la mère et à la fin de leur 1ère année, le pelage des jeunes mâles devient noir.

Cette différence de couleur existe aussi chez le gibbon Hoolock et le Hylobate Pileatus.
Le gibbon de Kloss est tout noir, comme le siamang dont le pelage est plus long.

COMMENT VIT-IL ?

Il vit dans les arbres, c’est un singe exclusivement arboricole (*). Il mange surtout des fruits (75% de ce qu’il mange) et il adore les figues. Il se nourrit aussi de graines, de fleurs, d’écorces et de feuilles. Parfois il mange des insectes, des lézards, des oiseaux ou des œufs mais cela ne fait que 10% de son alimentation.
Les gibbons chantent tout les matins, non pas pour se dire bonjour, mais pour défendre leur territoire ! En chantant chaque matin, il dit aux autres gibbons  « attention, j’habite ici avec ma famille, c’est mon territoire donc n’essayez pas de venir dessus ».  On peut entendre ces chants même si on se trouve à 1 km ! C’est hélas à cause de ce chant très bruyant, que les braconniers repèrent facilement les gibbons pour capturer les bébés…

Les gibbons vivent en couple avec 1 à 4 petits âgés de moins de 7 ans. Vers 7 ans, le petit doit quitter son père et sa mère, trouver un mâle ou une femelle et un territoire pour y vivre. La vie de gibbon n’est pas facile !

DANS QUELS PAYS LE TROUVE-T-ON ?

On les trouve dans les forêts tropicales et subtropicales d’Asie du Sud-Est : Chine, Laos, Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Bengladesh, Myanmar, nord-est de l’Inde, Malaisie et bien sûr en Indonésie. Il vit dans la canopée (*) et peut partager les arbres sur lesquels il est avec sa famille, avec d’autres espèces comme les orang-outans ou les macaques qui vivent un peu plus bas dans ces mêmes arbres.

EST-CE QUE LE GIBBON EST MENACE DE DISPARITION ?

Oui ! Les 17 espèces sont en train de disparaître à cause de la déforestation et des trafics d’animaux. La danger principal pour le gibbon est l’homme, qui détruit les forêts où il vit et le capture pour en faire des animaux de compagnie. Mais le gibbon n’est pas un animal de compagnie, c’est un animal sauvage.
En général les animaux sont capturés quand ils sont bébés et la mère et/ou la famille sont tuées par les braconniers.
Le bébé est alors vendu sur les marchés et sa vie est souvent triste car il est attaché et enfermé en permanence, loin de ses congénères (*), traumatisé et mal nourri. Ces animaux meurent souvent très jeunes car ils ne sont pas faits pour être dans de petites cages, et loin de leurs forêts. Heureusement, il arrive souvent que Chanee et l’équipe de Kalaweit sauvent ces animaux détenu illégalement. La loi interdit de détenir des animaux sauvages surtout quand il s’agit d’espèces devenues rares.

LES FORETS DISPARAISSENT …

En Indonésie, les compagnies forestières coupent les arbres  pour en faire des meubles, du papier, du parquet… Ensuite, les entreprises récupèrent ces forêt et les brûlent pour planter ce qu’on appelle des palmiers à huile (*). Ces palmiers servent à fabriquer de l’huile bon marché, qui est vendue partout dans le monde. Le problème c’est que ces palmiers détruisent la forêt, la terre
Pour vivre, les animaux ont besoin d’une forêt où l’on trouve beaucoup d’arbres et de plantes différentes. Dans une exploitation de palmier à huile, il n’y a plus qu’une seule sorte d’arbre : le palmier à huile. Alors beaucoup d’animaux ne trouvent plus de nourriture et meurent de faim Ou ils sont tués par les villageois car ils sont obligés de partir à la recherche de nourriture dans les villages.

EN CHINE, 90% DES FORETS ONT DISPARU !

Dans certains pays d'Asie, il y a même des personnes qui pensent qu’on peut soigner des maladies en utilisant des morceaux d’animaux sauvages : leurs os, leurs dents, leur foie, leur fourrure, etc.. Cela est faux, mais beaucoup de gens pensent très fort que cela peut les guérir. Alors les gibbons, les tigres, les orang-outan, les serpents, et beaucoup d’autres sont tués pour cela !  

En plus des gibbons et des siamangs, Kalaweit a recueilli aussi des oursons sur l’île de Bornéo. En Indonésie on trouve aussi des ours de petite taille, qui font l’objet de trafics comme les gibbons, les orang outans, les loris et beaucoup d’autres animaux sauvages, malheureusement.
A Bornéo où habite Chanee, on pense qu’il y a 6 000 gibbons qui sont détenus par des indonésiens, dans leur maison, en générale dans une toute petite cage. Cela est interdit par la loi mais elle n’est pas tellement respectée…

 

DÉFINITIONS

Singe anthropomorphe : singe qui ressemble à l’homme.

Monogame : qui vit en couple et reste fidèle

Brachiation : manière dont se déplacent certains singes en se balançant d'une branche à l'autre à l'aide des bras.

Poche gutturale : sac vocal, situé au niveau du cou et qui se gonfle quand l’animal chante.

Arboricole : qui vit dans les arbres.

Canopée : partie supérieure de la forêt, sommets des arbres.

Congénère : animal de la même espèce

Palmier à huile : arbre originaire d'Afrique qui est un palmier et qui produit un fruit utilisé comme huile pour l'alimentation et les produits cosmétiques.